Les fractures de fatigue

fracture-fatigue

Leurs fréquences sont difficiles à évaluer exactement, à peu près de l’ordre de 5/1000, chez le jeune sportif, surentraîné, pratiquant un rythme d’entraînement intense. Ces « fractures de fatigues » surviennent essentiellement pendant une période de surentraînement ou lors d’une reprise d’entraînement, après un arrêt plus ou moins prolongé (entre 7 et 15 jours).

Symptômes d’une fracture de fatigue

  • Apparition progressive de la douleur.
  • Gêne mécanique cédant au repos.
  • La douleur augmente avec la poursuite de l’effort.
  • À la longue, apparition d’une impotence fonctionnelle.

L’examen clinique n’amène rien, et, surtout, l’examen radiologique ne décèle pas d’image de fracture (absence de solution de continuité osseuse). Le seul traitement est le repos absolu pendant 5 semaines, la pathologie guérie sans aucune séquelle. Il n’y a jamais de récidive, mais un nouvel épisode dans un autre territoire peut être possible.

Explications du phénomène

Ces fractures de fatigue ne sont pas de véritables fractures, ce sont des modifications osseuses sans solution de continuité, provoquées par une activité physique intense et répétée. En fait, c’est une exagération du processus physiologique de remodelage osseux, maladie d’adaptation de l’os à l’effort. L’os ainsi est fragilisé localement par une augmentation de sa résorption, phénomène qui ne sera suivi que quelques mois plus tard d’une formation osseuse qui comblera progressivement les lacunes de résorption.

La prévention des fractures de fatigue

Le seul moyen efficace de lutte contre ce phénomène se situe dans une surveillance de l’entraînement, qui doit être progressif. Dans le cadre nosologique (maladie) particulier du bodybuilding, nous pouvons dicter quelques conseils, surtout pour les jeunes novices, mais aussi pour tous les sportifs après une phase d’arrêt :

  • Progression dans l’effort.
  • Échauffement initial suffisant.
  • Surveillance de l’apparition de douleurs osseuses.

Ceci est d’autant plus important que l’évocation du diagnostic de fracture de fatigue (« maladie de Pauzat » serait plus juste) oblige le bodybuilder à 5 semaines de repos absolu et à une reprise de l’entraînement à 3 mois, d’où une perte de masse musculaire importante, la perte d’une saison totale de concours et une reprise progressive et surveillée de son entraînement.

Cette affection est donc relativement importante à dépister, mais surtout primordiale à prévenir. Il faut donc avant toute chose y penser et donc ne pas négliger de petits signes annonciateurs de ce qui pourrait être une catastrophe.

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)