Le zinc: minéral anabolisant

zinc

En matière d’hormone anabolisante, vous connaissez sans doute l’hormone de croissance et l’insuline, mais la reine des hormones anabolisantes c’est la testostérone. En effet, la première fonction de l’insuline est de réguler la glycémie. Comparativement, sa fonction anabolisante est faible. L’hormone de croissance, qui offre un puissant effet de développement sur les tissues osseux et pancréatique, ne peut quant à elle jouer un rôle anabolisant très important parce qu’elle est trop occupée à d’autres tâches. La testostérone est et reste la principale hormone anabolisante : aucune autre hormone ne peut rivaliser avec elle sur ce plan. Nous avons vu dans un cet article qu’il était possible d’augmenter naturellement la quantité de cette hormone stéroïdienne grâce à l’alimentation. En revanche, il existe un oligo-élément indispensable pour synthétiser de la testostérone, c’est le zinc. Nous verrons dans ce dossier quel est le rôle et l’importance du zinc pour fabriquer plus de testostérone.

Zinc et développement

Le rôle du zinc dans le processus de croissance est connu depuis de nombreuses années et les scientifiques connaissent aujourd’hui la relation entre le zinc et la l’augmentation de la testostérone. Ce minéral participe à plus de 70 actions métaboliques de premier plan. Il s’avère particulièrement indispensable à la formulation d’importantes protéines tissulaires et il est tout aussi vital pour la synthèse et la réparation de l’ADN et de l’ARN (substance qui contrôle la croissance et le développement), la maturation sexuelle, la cicatrisation des blessures et la santé de la peau, des cheveux et des ongles. Le « Food and Nutrition Board » américain (une sorte d’ansm français) a estimé les besoins quotidiens en zinc, soit le RDA (« Recommended Dietary Allowance »), à 15 mg pour l’homme adulte et à 12 mg pour la femme. Cependant, les femmes enceintes et celles en période de lactation doivent ingérer respectivement 15 à 19 mg. Les femmes sont les plus facilement carencées en zinc et leur apport n’atteigne en moyenne que de 9,6 mg/jour contre 16,2 mg/jour pour les hommes.

L’entraînement peut occasionner des pertes en zinc. Les capacités de stockages du corps sont faibles et donc, à cause d’un apport insuffisant et/ou de l’entraînement, les difficultés à maintenir l’équilibre peuvent apparaître fréquemment surtout chez les athlètes féminines. La carence se manifeste sous divers symptômes : arrêt du développement, perte d’appétit, changements au niveau de la peau et baisse du goût. Certains symptômes (comme la perte d’appétit) surviennent relativement tôt. Les enfants constituent une catégorie à risque. Des chercheurs ont trouvé que dans un groupe d’enfants apparemment en bonne santé, 8 % présentaient des symptômes de carence en zinc, avec un rythme de développement plus lent que la normale.

Zinc et testostérone

Si tout cela ne suffit pas à attirer votre attention sur l’importance du zinc, alors les découvertes scientifiques qui mettent en évidence la relation existante entre le zinc et la testostérone vous convaincront certainement. Depuis des années, les scientifiques savent que la présence du zinc et de la testostérone sont liées, mais on n’avait pu étudier cette relation que chez des patients atteints de certaines maladies. Toutefois, deux études viennent renforcer ces données sur la supplémentation en zinc et l’augmentation du taux de testostérone dans le plasma et le sperme, chez des hommes en bonne santé.

La première étude est une simple étude en nutrition. Les chercheurs ont carencé des jeunes hommes en zinc en contrôlant leur régime et ont étudié leur métabolisme. Il a suffi de cinq semaines pour que les concentrations sérique et séminale de testostérone chutent. Votre taux de testostérone et donc, votre aptitude à fabriquer du muscle, peuvent décroître rapidement et de manière importante dans n’importe lequel des cas suivants : votre alimentation ne vous apporte pas assez de zinc (également en cas de surentrainement).

La seconde étude portait sur 150 adolescents. Les chercheurs ont analysé la concentration de zinc dans le sérum, celle de la testostérone dans le plasma et comparé les variations pour établir le niveau de développement sexuel des différents sujets. Ils ont découvert qu’il existait une corrélation positive entre le zinc contenu dans le sérum et la testostérone contenue dans le plasma, d’une part, et la maturation sexuelle de ces individus, d’autres part. Quand le taux de zinc présent dans le sérum augmente, celui de la testostérone plasmatique en fait autant et la maturation sexuelle avance, ce qui illustre une fois de plus, l’importance du zinc dans le potentiel de développement.

Savoir pour pouvoir

Qu’est-ce que tout cela signifie pour vous, bodybuilder qui tente de tirer le meilleur parti de l’entraînement ? Faut-il acheter du zinc et en avaler d’énormes quantités pour être sûr de mettre toutes les chances de son côté ? Certainement pas. Les mégadoses de zinc ne sont pas sans danger. Une dose de 500 mg peut entraîner des réactions toxiques et parmi les risques encourus, on retiendra les maladies du coeur engendrées par l’élévation du taux de cholestérol. Le zinc et d’autres minéraux tels que le cuivre et le fer, sont interactifs et l’excès de zinc, comme l’ont montré les études sur les animaux, provoque l’anémie à cause de la carence en fer qui se crée.

Voici comment résoudre la question de l’apport de zinc de manière rationnelle.

huitre riche en zinc

Observez bien l’emballage des aliments que vous consommez pour vous faire une idée de la quantité de zinc qu’ils apportent. Si vous ne dépassez pas les AJR (apports journaliers recommandés), augmentez votre apport en consommant plus d’aliments riches en zinc : huîtres, germes de blé, pain complet, viandes, poissons et légumes secs (non cuits). Vous ne devez songer à la supplémentation que si, pour une raison ou pour une autre, vous éprouvez des difficultés à consommer plus d’aliments riches en zinc. Et dans ce cas là, demandez alors à votre pharmacien de vous indiquer un bon complexe multivitamines et minéraux qui constituent une bonne source de zinc. La supplémentation en zinc n’est pas une potion magique. Pour le pratiquant du bodybuilding, ce n’est qu’un levier supplémentaire dans la bataille pour le muscle.

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)