Musculation > Veille scientifique

Veille scientifique

Les dernières études et recherches autour de l’entraînement et de la nutrition sportive

Juillet 2018

  • Les tomates agissent comme prébiotiques dans l’intestin. Elles permettent entre autres d’augmenter la surface de la muqueuse et le nombre de couches musculaires dans l’intestin et le cæcum, ce qui renforce la fonction barrière et favorise la santé gastro-intestinale. (Food Research International)
  • La supplémentation en zinc peut avoir un effet bénéfique sur la CRP (marqueur inflammatoire), en particulier à des doses égales à 50mg/jour. (European Journal of Pharmacology)
  • La supplémentation en curcumine a permis de modifier de façon bénéfique le phénomène NASH (maladie du soda ou maladie du foie gras humain) chez les rats Wistar femelles, en particulier en inversant l’inflammation hépatocellulaire. (Physiological Reports)
  • Une revue de 5370 études montre que la supplémentation en anthocyanine (antioxydant) a eu des effets bénéfiques sur le cholestérol total (CT) et les lipoprotéines de basse densité (LDL) avec plus de 300 mg/jour pendant plus de 12 semaines. (Clinical Nutrition Journal)
  • Chez les personnes ayant une résistance à l’insuline (diabète de type II), le HIIT est plus efficace que le LISS pour brûler les réserves de lipides. (American Journal of Physiology-Endocrinology and Metabolism)
  • Séries simples ou superset ? Quelle est la méthode la plus efficace sur le plan hormonal (hormone de croissance et testostérone)? Et bien d’après une étude brésilienne il n’y a aucune différence, les deux stratégies peuvent favoriser des réponses hormonales similaires. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • Il n’y a pas d’âge pour faire du squat. Une étude montre qu’après 60 ans, des personnes souffrants de sarcopénie (syndrome se caractérisant par une diminution de la masse musculaire) peuvent peuvent grâce à 30 minutes de flexions sur jambe (3 jours par semaine) regagner du muscle (important pour la marche), et par la même occasion augmenter leur capacité pulmonaire. (Journal of Clinical Medicine)
  • Une séance de cryothérapie corps entier après un entraînement augmente la quantité de calories ingérées (1371 ± 481 kcal) contre (1106 ± 452 kcal) chez les personnes n’ayant pas eu de cryothérapie. (Nutrients)
  • La supplémentation en β-alanine dans sa formulation à libération prolongée diminue les paresthésies (picotements) et permet augmentation significative de la carnosine musculaire par rapport à la β-alanine à libération rapide traditionnelle. (Amino Acids journal)
  • La supplémentation en taurine permet de réduire la tension artérielle, sans effets secondaires indésirables. (Current Hypertension Reports)
  • Bitter melon est un brûleur de graisse connu pour son efficacité. Dans une expérience sur des souris de laboratoire, les chercheurs ont montré qu’il permettait d’augmenter la biogénèse (développement) des mitochondries : les organites dans les cellules qui permettent de brûler des calories. (The Journal of Nutritional Biochemistry)
  • Une étude menée par plusieurs universités américaines montre que la prise en glutathion (GSH) et L-citrulline permet de prendre plus de masse maigre et de force musculation en complément d’un entraînement de type musculation. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • La consommation de 50 g de quinoa par jour diminue le taux de triglycérides sanguins chez les personnes en surpoids et obèses. (Current Developments in Nutrition)
  • La supplémentation en melon amer (bitter melon), un ingrédient que l’on retrouve dans certains fat burner, permet d’augmenter la quantité de mitochondries dans le muscle gastrocnémien et d’améliorer l’endurance chez des souris sédentaires. Cela est très intéressant car ce sont les mitochondries à l’intérieur de nos cellules qui brûlent la majorité des calories pour en faire de l’énergie. (The Journal of Nutritional Biochemistry)

Juin 2018

  • La supplémentation en acide α-lipoïque (ALA) permet de lutter contre la toxicité induite par le bisphénol A (BPA). (Neurochemistry International Journal)
  • Une étude montre que la supplémentation en whey protéine a une influence positive pour la perte de masse grasse. (Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism)
  • Le jeûne du Ramadan permet une diminution de la glycémie à jeun, du poids, du pourcentage de masse grasse mais une augmentation du LDL et de la résistance à l’insuline chez les adultes en bonne santé. Cependant, ces effets étaient tous transitoires. À noter que l’apport alimentaire de tous les groupes alimentaires, à l’exception des glucides, a diminué pendant le Ramadan. Ce dernier étant responsable étant capable d’augmenter le LDL et la résistance à l’insuline… On peut imaginer les effets très bénéfiques sur la santé d’un Ramadan avec une alimentation moins riche en glucides. (European Journal of Clinical Nutrition)
  • Les rouleaux en mousse (Foam Rolling) permettrait d’augmenter l’amplitude de mouvement, mais aussi d’augmenter le recrutement musculaire. (Sports Med Open)
  • Chez des personnes en surpoids, le HIIT (exercice à haute intensité) permet une augmentation plus importante de leptine (hormone de la satiété) par rapport au MICE (exercice à intensité modérée). (Frontiers in Physiology)
  • La consommation d’huile de coco (riche en acide laurique) serait anabolisante : elle favorisait la formation de fibres glycolytiques par la signalisation TLR4. (Journal of Agricultural and Food Chemistry)
  • Le DHA (acide docosahexaénoïque) a un effet plus puissant que l’EPA (acide eicosapentaénoïque). (Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism)

Mai 2018

  • L’acide alpha-lipoïque est un complément alimentaire semble-t-il très efficace pour réduire l’inflammation dans le corps, elle-même responsable de certaines prise de poids (graisse). (Nutr Metab Cardiovasc Dis)
  • La caséine consommée avant le sommeil offre un apport nocturne d’acides aminés exogènes pour les processus anabolisants. Une nouvelle étude montre que la consommation de caséine le matin au réveil offre les mêmes résultats pour augmenter la force et l’hypertrophie. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • La prise de prébiotique et de probiotique peut améliorer la récupération et les performances musculaires. (Journal of Clinical Gastroenterology)
  • Je sens qu’il va y avoir beaucoup de nouveaux asthmatiques… Une étude scientifique confirme que l’utilisation d’agonistes des récepteurs bêta 2 -adrénergiques (bêta-2-agonistes) entraîne une prise de muscle. Les chercheurs ont mesuré cette augmentation à + 1,03 kg de masse maigre en 1 mois seulement. (Scand J Med Sci Sports)
  • Une semaine de supplémentation d’une dose élevée de β-Alanine peut améliorer la réponse anti-inflammatoire pendant un entraînement intense, ce qui suggérant un rôle thérapeutique potentiel de la β-Alanine pour les activités sportives intenses. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La supplémentation en whey protéines a été efficace pour favoriser l’augmentation de la masse musculaire, la force musculaire et la capacité fonctionnelle chez les femmes âgées, quel que soit le moment de la supplémentation (pre ou post training). (Nutrients)
  • La supplémentation (≤2 g/jour) en gingembre améliore le profil lipidique (réduction des triglycéride et du cholestérol total). (Phytomedicine journal)

Avril 2018

  • Bienfaits de la vitamine D : cette pseudo-hormone peut avoir un effet positif, quoique modéré, sur la performance aérobique (augmentation de la VO2max) chez les sportifs soumis à un entraînement de haute intensité. (Journal of Human Kinetics)
  • Perte de poids et entraînement à haute intensité : est-il avantageux de prendre une collation glucidique avant l’entraînement ? D’après une étude brésilienne, avoir un apport en glucides avant un entraînement de type HIIT (court et intense) ne permet pas d’augmenter l’énergie dépensée. Les résultats suggèrent qu’une séance d’entraînement à haute intensité réalisée avec une faible disponibilité en CHO (ndlr sucre) a augmenté l’oxydation des graisses après la séance. (Brazilian Journal of Medical and Biological Research)

Mars 2018

  • Le fasting (jeûne intermittent) est-il vraiment la panacée ? Selon une nouvelle étude, sauter le petit-déjeuner une (très) mauvaise idée : cela dérègle nos horloges biologiques, avec un effet sur la glycémie et le poids corporel. Ceci ne concerne pas uniquement l’horloge centrale, située dans le cerveau, et qui détermine le cycle veille – sommeil, mais aussi les horloges périphériques, que l’on trouve dans le pancréas, le foie, les muscles ou la masse adipeuse. Cela signifie que sauter le petit déjeuner a un effet néfaste sur la régulation des gènes de l’horloge du métabolisme et du poids corporel. Et aussi qu’en sautant le petit déjeuner, vous pouvez prendre du poids en augmentant votre glycémie, même si vous ne mangez pas plus que d’habitude le reste de la journée. (Diabetes Care)
  • La supplémentation en l-carnitine pour la récupération après l’exercice : compte tenu de son rôle central dans l’oxydation des acides gras et dans le métabolisme énergétique, la l-carnitine a été étudiée en tant qu’outil ergogénique pour améliorer les capacités sportives chez des personnes en bonne santé. Les premières recherches indiquent des effets bénéfiques sur les performances physiques intenses, telles qu’une augmentation de la consommation maximale d’oxygène et une puissance plus élevée. Des études ultérieures soulignent l’impact positif de la supplémentation en l-carnitine dans le processus de récupération après l’entraînement. Il est démontré que la L-carnitine atténue aussi les lésions musculaires et réduit les marqueurs de dommages cellulaires et la formation de radicaux libres, accompagnés d’une atténuation de la douleur musculaire. L’augmentation de la teneur en L-carnitine dans le sérum et les muscles augmenterait le flux sanguin et l’apport d’oxygène au tissu musculaire grâce à une fonction endothéliale améliorée, réduisant ainsi les perturbations cellulaires et biochimiques induites par l’hypoxie. Des études menées auprès d’adultes plus âgés ont également montré qu’une prise de l-carnitine en complément pouvait entraîner une augmentation de la masse musculaire accompagnée d’une diminution du poids corporel et d’une réduction de la fatigue physique et mentale. (Nutrients)
  • La prise de L-arginine après un entraînement n’améliore la récupération musculaire. (Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism)
  • La supplémentation en curcumine (dose quotidienne de 500 mg/jour administrée en concomitance avec la pipérine à raison de 5 mg/jour) a permis une réduction significative des taux sériques de glucose chez des personnes diabétiques. (Drug Research Journals)
  • Supplémentation en protéines chez les débutants, utile ou pas ? Dans une étude avec des hommes et des femmes, 2 groupes ont été formé : un groupe protéine avec une consommation de 2,2 g/kilo/j et un groupe test avec 1,1 g/kilo/j. Au bout de 6 mois d’entraînement (5 jours par semaine), les femmes du groupe protéine n’ont pas eu d’amélioration de force par rapport au groupe test, tandis que les hommes du groupe protéines ont gagné plus de force. Les femmes du groupe protéine ont perdu plus de graisse que le groupe test, mais la masse maigre été la même dans les deux groupes. La perte de masse graisse et la quantité de masse maigre n’a pas changé chez les hommes. Au final, la supplémentation a permis aux femmes de perte un peu plus de graisse mais pas de force, et aux hommes de prendre un peu de force mais sans perte de graisse ou de prise de muscle. (International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism)
  • Petit-déjeuner gras ou sucré ? Gras ! Comparativement à un déjeuner riche en glucides, un déjeuner riche en lipides améliore l’oxydation des graisses pendant 24 heures. La consommation d’un petit déjeuner riche en gras et pauvre en glucides peut réduire le risque de maladie métabolique. (The Journal of Nutrition)
  • L’entraînement pliométrique est ce qu’il y a de plus efficace pour améliorer les capacités de sprint, de saut et de lancer des joueurs féminins de haut niveau de volleyball. (Journal of Sports Science and Medicine)
  • Le jus de betterave (BJ) est riche en nitrates inorganiques et s’est avéré efficace pour augmenter les niveaux d’oxyde nitrique sanguin (NO). La supplémentation en BJ a un effet ergonomique sur la puissance maximale de sortie et sur la puissance moyenne pendant les 15 premières secondes de test sur un vélo ergométrique inertiel à intensité maximale sur 30 secondes. (Nutrients)
  • Malgré un temps d’entraînement diminué d’environ 45 %, le HIIT a permis d’améliorer la condition physique, la composition corporelle et la glycémie de façon similaire, voire supérieure, par rapport à une activité d’endurance moins intensive et plus longue. Le HIIT semble donc être un moyen efficace et rapide de lutter contre le diabète de type 2. (Diabetes, Obesity and Metabolism Journal)
  • Attention au surdosage… Une dose de 300 µg/j de sélénium administrée pendant 5 ans dans un pays où le taux de sélénium était modérément bas a augmenté la mortalité globale des personnes 10 ans plus tard. Bien que l’étude n’ait pas été initialement conçue pour évaluer la mortalité et que la taille de l’échantillon ait été limitée (491 personnes), les résultats indiquent qu’il faut éviter de consommer plus de 300 µg/jour de sélénium total. (Free Radical Biology & Medicine Journal)

Février 2018

  • Consommation élevée de protéines chez les femmes sportives : mauvais pour les os ? Certaines personnes prétendent qu’une consommation élevée en protéines (> 0,8 g/kg/j) peut être nocive pour la teneur minérale osseuse. Cependant, il n’existe aucune preuve directe démontrant que la consommation élevées en protéines entraîne une déminéralisation du squelette. Une étude a été réalisé pour déterminer si un régime alimentaire riche en protéines affectait divers paramètres de la teneur en minéraux du corps entier et des os lombaires chez des femmes sportives. Résultats : en dépit d’un apport protéique plus élevé de 87 % (> 2,2 g de protéines par kilogramme de poids corporel par jour (g/kg/j)) pendant 6 mois, cela n’a eu aucun effet sur la densité minérale osseuse du corps entier, la densité minérale osseuse lombaire, les scores T, la masse maigre ou la masse grasse. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • Une étude brésilienne démontre que la prise de 3 g de β-hydroxy-β-methylbutyrate free acid (HMB-FA) avant l’entraînement permet d’améliorer la récupération après un entraînement de haute intensité. (Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism Journal)
  • La supplémentation en zinc sulfate, 220 mg toutes les 72 heures pendant 1 mois, a permis une amélioration de la qualité du sommeil et du taux sanguin de zinc. (Workplace Health & Safety)
  • Une méta-analyse montre que la consommation de gingembre permet une diminution du poids du corps avec notamment une baisse de la graisse abdominale (rapport taille-hanches). Cette plante asiatique permet aussi une normalisation de la glycémie à jeun, une diminution de la résistance à l’insuline, et une augmentation du taux de bon cholestérol. (Critical Reviews in Food Science and Nutrition)

Janvier 2018

  • On sait que la testostérone est plus basse chez les personnes âgées, et qu’un entrainement de type musculation permet une augmentation de production de cette hormone. Une étude vient de montrer qu’avec l’entraînement, en dépit d’un niveau initial inférieur aux jeunes, la production de testostérone juste après l’entraînement était la même chez les sujets âgés que chez les jeunes. Cela démontre que l’exercice physique peut aider à augmenter cette hormone stéroïdienne chez les hommes âgés et contrecarrer l’effet négatif de l’âge lié à la baisse de testostérone. (Steroids Journal)
  • La méthode d’entraînement « French Contrast Method » est une stratégie efficace pour améliorer la capacité de saut vertical. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La prise de jus de betterave pendant un effort d’intensité modéré permet de réduire la baisse de glycogène musculaire. (Journal of Applied Physiology)
  • La supplémentation en berberine peut réduire la résistance à l’insuline, du moins en partie en modulant le microbiote intestinal et en inhibant la signalisation de LPS/TLR4/TNF-α dans le foie. (Experimental and Clinical Endocrinology & Diabetes journal)
  • La prise de curcumine augmente l’effet hypocholestérolémiants de la prise de phytostérols. (Metabolism Journal)
  • La supplémentation en vitamine D chez les femmes carencées en vitamine D souffrant du syndrome de l’ovaire polykystique, a amélioré la glycémie plasmatique à jeun, la résistance à l’insuline, l’adiponectine (régulation du métabolisme des lipides et du glucose) et la vitamine D sérique. (Gynecological Endocrinology Journal)
  • La caféine améliore les performances au triathlon. Protocole utilisé : 6 mg/kg de caféine, 45-60 minutes avant le départ. (International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism)
  • La réduction de la consommation d’acides aminés à chaîne ramifiée (BCAA) améliore la santé métabolique. « Tout est poison et rien n’est sans poison; la dose seule fait que quelque chose n’est pas un poison. » (Cell Reports)
  • L’inflammation chronique entraîne une perte de masse musculaire. Les aliments qui favorisent l’inflammation sont le sucre, les acides gras trans, les huiles de maïs et de soja, l’alcools et les viandes transformées. (Örebro Universitet)
  • Les flavanols du cacao ont des capacités antioxydantes et anti-inflammatoires qui peuvent améliorer la fonction vasculaire, et réduire le stress oxydatif induit par un entraînement sportif. Préférez donc votre whey saveur chocolat ! (Sports Medicine)
  • L’huile de palme rouge, une source naturelle de vitamines et antioxydants (carotènes, tocophérols et tocotriénols), intéressante dans le cadre d’un régime cétogène, n’augmente pas la glycémie ou les taux de lipides sériques. (Physiological Research Journals)

Décembre 2017

  • Les graines de lin entières, mais pas l’huile de lin permettent d’amélioration le contrôle de la glycémie. (Nutrition Reviews)
  • Le HMB ou β-Hydroxy-β-methylbutyrate est un complément alimentaire connu pour soutenir la prise de masse musculaire. Une étude vient de tester les possibles effets au niveau hormonal. Résultats : des niveaux inférieurs de cortisol (hormone du stress) et des niveaux supérieurs d’hormone de croissance. Ces résultats confirment une fois de plus les avantages anabolisants associés à la supplémentation en HMB. (Nutrients)
  • Pre-workout : effet placebo ? Le Department of Kinesiology & Sport Management au Texas a testé les effets d’une formule de pre-workout avec caféine et sans caféine vs placebo. Des tests de force ont été réalisé au squat, avec des hommes et des femmes, afin d’évaluer les effets. Résultats : comparativement au placebo, les compléments pre-entraînement multi-ingrédients caféinés et non caféinés n’ont pas réussi à améliorer la production de force concentrique et excentrique. Malheureusement, les formules des pre-workout n’ont pas été publiées, car il y a pre-workout et pre-workout… (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • Perte de poids rapide ou lente ? Alors que ces types de « perte de poids » permettent une amélioration une amélioration des profils lipidique et glycémique, la perte de poids rapide est associé à une plus grande perte de masse maigre (muscle) alors qu’une perte de poids lente est associée à une plus grande perte de masse adipeuse. La patience est de mise pour avoir un corps musclé avec peu de graisse… (International Journal of Endocrinology and Metabolism)
  • La pratique du HIIT pendant 6 semaines chez les personnes âgées d’une soixantaine d’années permet d’améliorer la sensibilité à l’insuline, d’augmenter la VO2max et de diminuer le cholestérol ainsi que la masse grasse viscérale, contribuant à réduire les maladies cardiovasculaires. (Acta Physiologica)
  • Une étude réalisée chez des sportifs montre que la prise de 2,9 g de protéines par kilo de poids de corps et par jour n’offre aucun avantage supplémentaire (à aucun niveau) comparé à la prise de 1,8 g de protéine par kg/pdc/jour. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)

Novembre 2017

  • L’entraînement pliométrique permet d’améliorer de manière très significative les performances sportives. Une étude réalisée chez des footballeurs professionnels a montré que 6 semaines d’entraînement avec de la pliométrie permettent d’améliorer la vitesse de sprint, de saut, et la vitesse des changements de direction. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • L’utilisation du Foam Rolling par des footballers professionnels permet une récupération de la souplesse plus importante et une diminution plus marquée des sensations de douleur musculaire, comparativement au groupe de récupération passive 24 heures après l’entraînement.
  • Un régime alimentaire isocalorique pauvre en glucides et riche en graisses favorise les sujets à l’entraînement grâce à des adaptations de leurs paramètres métaboliques. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La supplémentation en capsaïcine améliore les performances de la course sur 1500 mètres et réduit la sensation de fatigue perçue chez des adultes actifs physiquement. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • Le HIIT est une méthode efficace pour réduire le taux de masse grasse, y compris la masse adipeuse abdominale et viscérale. Il existe des éléments indiquant une plus grande efficacité de la course à pied par rapport au cyclisme, mais en raison de la grande variété des protocoles utilisés et du manque de détails complets sur l’entraînement à vélo, d’autres comparaisons doivent être faites. (Sports Medicine Journal)
  • Une consommation journalière de café augmenterait l’espérance de vie selon deux nouvelles études réalisées aux États-Unis et en Europe. (Annals of Internal Medicine)
  • Manger des champignons au petit-déjeuner permet de moins manger sur l’ensemble de la journée. En effet, les protéines de champignons sont très  rassasiantes (plus que les protéines animales) et permettent de diminuer l’appétit. Pour ceux qui prennent un petit-déjeuner salé (à l’anglaise) n’hésitez donc pas à rajouter quelques champignons dans vos oeufs ou omelette! (Appetite Journal)
  • La prise de whey protéine peut réduire l’appétit à court et à long terme contrairement au glucides qui réduisent l’appétit seulement à court terme. (Clinical Nutrition ESPEN Journal)
  • L’entraînement à haute intensité est supérieur à un entraînement conventionnel pour améliorer les capacités cardiopulmonaires et réduire le pourcentage de graisse corporelle chez les adultes obèses. (Obesity Science & Practice Journals)
  • La supplémentation en hydrolysat de protéine de lactosérum permet en seulement 4 jours de supplémentation d’accélèrer la récupération des lésions musculaires induites par un entraînement physique chez les femmes. (Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism Journals)
  • La supplémentation de taurine, deux prise ( au total 0,1 g par kg de poids de corps / jour) pendant 72 heures après une activité physique intensive, peut aider à améliorer la récupération. (Antioxidants journal)
  • La consommation d’une dose de 6 g de taurine 120 min avant un effort de natation (2 X 400 m) n’augmente pas les performances mais augmente la lipolyse (combustion des graisses). (Journal of Amino Acids)
  • Le HMB (β-Hydroxy-β-Methylbutyrate), un complément alimentaire utilisé par les bodybuilers pour favoriser la prise de muscle, pourrait être recommandé aux personnes âgées afin limiter la perte de muscle liée à l’âge (sarcopénie). (Drugs & Aging journal)

Octobre 2017

  • Lors d’une étude américano-brésilienne, le test de la supplémentation d’une dose orale unique d’ATP (400 mg) a amélioré les performances chez des hommes durant un entraînement du bas du corps, ainsi que la dépense énergétique. (Journal of Strength and Conditioning Research)
  • La consommation de 104 mg de p-synephrine (bitter orange) associée à de la caféine n’induit pas de stress cardiovasculaire supplémentaire au repos, par rapport à la prise de caféine seule. (Phytotherapy Research)
  • La supplémentation en chlorella serait également bénéfique pour la santé cardio-vasculaire grâce à une diminution du cholestérol et de la pression artérielle systolique et diastolique. (Clinical Nutrition Journal)
  • La taurine est un acide aminé non protéinogène bénéfique pour la santé, permettant d’améliorer les performances pour les sports de force. Selon une étude américano-brésilienne, la taurine serait également bénéfique chez pour les athlètes pratiquants les sports d’endurance en diminuant le stress oxydatif. (Frontiers in Physiology Journal)
  • La supplémentation en oméga-3 chez les personnes en surpoids entraînerait une diminution de l’appétit et donc une diminution des calories ingérées. (Journal of Dietary Supplements)

Septembre 2017

  • Avec une restriction calorique égale sur la journée (67 % des apports journaliers recommandés), suivre un régime intermittent permet d’améliorer l’améliorer la perte de poids (de graisse)  par rapport à une alimentation sans « période de repos ». (International Journal of Obesity)
  • Dans une étude réalisée par le Sport and Movement Science Department (Salem State University) l’utilisation du foam roller après un entraînement de sprints (40 x 15 m) n’a pas permis de réduction de la douleur perçue mais a augmenté la mobilité. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La choline est un nutriment essentiel utilisé pour la biosynthèse de phosphatidylcholine et la sécrétion de lipoprotéines. Une étude menée sur des rats montre qu’un régime riche en choline peut aussi être bénéfique pour diminuer le poids corporel chez les humains. (Toxicology and Industrial Health Journal)
  • La supplémentation en vitamine D (120,000 UI/mois ou 4000 UI/jours) pendant 12 mois est bénéfique pour la santé osseuse des jeunes infectés par le VIH présentant une insuffisance de vitamine D. (Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes)
  • Un effort répété de cyclisme à haute intensité n’est pas affecté par l’ingestion de glucides avant, pendant ou après l’effort. Les chercheurs de l’Université d’Alabama à Birmingham préconisent donc d’éviter de prendre des glucides pour ce type d’effort afin d’éviter de provoquer une hyperglycémie. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • Une étude réalisée sur des souris suggère qu’une supplémentation à long terme en Yerba maté (boisson traditionnelle d’Amérique du Sud) peut être bénéfique pour améliorer l’adiposité induite par le régime alimentaire, la résistance à l’insuline, la dyslipidémie et la stéatose hépatique. (Journal of Medicinal Food)
  • La supplémentation en thé vert montre des effets neuroprotecteurs supérieurs par rapport au thé noir ou au thé rouge (étude réalisé chez des rats). (Food Research International Journal)
  • La prise de protéines en complément chez les athlètes seniors permet d’augmenter la force musculaire. (Nutrition Journal)
  • L’ajout d’huile de poisson (riche en oméga-3) après un effort excentrique, dans une boisson de récupération composé de whey protéine enrichi en leucine + glucides permet d’atténuer nettement les douleurs musculaires. Au niveau sanguin, cela se traduit aussi par une diminution importante de la créatine kinase, traduisant une meilleure gestion de la récupération musculaire après l’effort au niveau moléculaire. (International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism)
  • Après un exercice physique, la prise de whey protéine ne modifie pas le processus d’oxydation des graisses, malgré l’augmentation du taux d’insuline qu’elle induit et la diminution de l’état de cétose. En revanche, la prise de whey protéine + glucides atténue l’augmentation de l’oxydation des graisses. (International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism)
  • L’immersion dans des bains d’eau chaude à 29°C n’est pas une pratique efficace pour améliorer l’élimination du lactate post-exercice dans les modes de récupération active ou passive. (PLoS One)
  • Un protocole de potentialisation par post-activation (PAP) avec du hip thrust à la barre permet d’augmenter la vitesse d’accélération et de sprint. (Journal of Sports Sciences)

Août 2017

  • Selon une nouvelle étude suédoise, prendre régulièrement des anti-inflammatoires (comme l’ibuprofène) peut empêcher la croissance musculaire. L’ibuprofène est commercialisé sous différents noms de marque : Advil®, Rhinadvil®, Nurofen®, Brufen®, Upfen®, Motrin®, Spedifen®, Solufen®, Antarene®, Diclofenac®, Voltarene®… Les chercheurs ont constaté que cet anti-inflammatoire s’est retrouvé dans les muscles et entravait le processus de récupération musculaire. L’ibuprofène a également altéré dans une moindre mesure la force musculaire des participants. « Cela suggère que les processus d’inflammation musculaire lorsqu’ils sont combinés avec un entraînement sportif sont bénéfiques pour le développement à long terme de la masse musculaire », a déclaré l’auteur principal Tommy Lundberg, chercheur au Département de médecine de laboratoire de Karolinska Institutet. (Acta Physiologica)
  • Expérience sur l’entraînement des muscles des poignets : deux groupes ont soit réalisé aucun entrainement spécifique (groupe test) ou un entraînement avec des exercices pour les poignets dans six directions (flexion, extension, pronation, supination, déviation radiale et déviation cubital) pendant 6 semaines. Résultats : les 2 premières semaines d’entraînement ont augmenté la précision des mouvements mais pas la force. C’est après 4 semaines d’entraînement que commence des augmentations significatives de la force maximale dans les six directions (évaluées sur 1 RM) et de la résistance isocinétique. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La prise d’un pre-workout (vs placebo) contenant de la caféine (200 mg), de la β-alanine (2,1 g), de la L-arginine nitrate (1,3 g), de la vitamine B3 (65 mg), de la vitamine B9 (325 mcg) et de la vitamine B12 (45 mcg) pendant 7 jours, permet d’améliorer la force maximale (test avec 1 RM), l’endurance musculaire (test avec 70% de la RM) et le volume de charge total. Aucune différence significative n’a été observée sur une course à vélo de 4 km et les paramètres sanguins à jeun. Aucun effet secondaire a été déclaré durant cette expérience. (Nutrients Journal)
  • Suivre un régime intermittent associé à la pratique d’un entraînement d’endurance permet de réduire la masse graisseuse sans perte de masse musculaire. (Applied Physiology Nutrition and Metabolism Journal)
  • Une étude brésilienne soutient que la prise de 3 à 5 minutes de repos avec des charges lourdes (80% de la RM) est plus efficace pour le volume musculaire, comparé à des temps de repos en dessous de la minute. (Journal of Human Kinetics)
  • La surconsommation de vitamines B6 et B12 augmente le risque de cancer du poumon (de deux à quatre fois, en particulier chez les fumeurs). Ces vitamines sont généralement utilisées pour fournir de l’énergie, on les retrouve à haute dose dans de nombreuses boissons énergisantes et compléments alimentaires. (Journal of Clinical Oncology)
  • Fin d’un mythe ? « Manger le soir ne fait pas plus grossir que de manger le matin ». Des chercheurs de l’Université d’Amsterdam (Department of Clinical Chemistry, Laboratory of Endocrinology et Department of Endocrinology & Metabolism), ont étudié la prise de calories le matin ou le soir (un groupe mangeait la majorité des calories le matin et l’autre groupe le soir) lors d’un régime hypocalorique sur 4 semaines. Les résultats sont clairs : aucune différence sur la perte de poids n’a été constatée avec environ 6,2 kilos perdus dans les deux groupes. La sensibilité à l’insuline et le taux des triglycérides intra-hépatique n’ont également pas différé dans les deux groupes. En vérité, les résultats de cette étude scientifique ne sont pas nouveaux. Le Docteur Français Alain Delabos, créateur de la Chrono-nutrition a été un des premiers à réfuter cette idée reçue très ancrée dans l’esprit des gens. À tort, les gens pensent que le soir le corps se met en pause, or ce n’est pas le cas. Même au sommeil, le corps dépense beaucoup d’énergies pour assurer les fonctions physiologiques et métaboliques, maintenir la température corporelle à 37°C, etc. Sur des besoins caloriques de 2000 kcal par jour, 1600 kcal sont utilisées pour ce « métabolisme de base ». Avec ces connaissances sur le fonctionnement du corps humain, on se rend bien compte que les dépenses énergétiques liées à l’activité physique ne représentent pas grand-chose sur ce total calorique dépensé par le corps. Voilà pourquoi manger le soir ne fait pas plus grossir que manger le matin, à condition bien évidemment de ne pas dépasser ses besoins en calories. En cas d’excès de calories, même en mangeant la majorité de ces calories le matin, le corps les mettra en réserve sous forme de graisse. (International Journal of Obesity)
  • 9 sessions de HIIT sur 6 semaines a amélioré la puissance maximale et le taux de testostérone libre chez des athlètes âgés (60 ± 5 ans). Protocole de l’étude : 6 spints de 30 sec à 40%, avec 3 min récupération active entre les sprints. (Endocrine Connections Journal)
  • Les vitamines sont essentielles pour le bon fonctionnement de l’organisme. Une nouvelle étude montre qu’il ne faut pas abuser des bonnes choses… En effet, une étude réalisée conjointement par plusieurs universités italiennes et l’Université de Gothenburg en Suéde, montre que l’excès de vitamine B6 dans l’alimentation augmenterait la survenue de la pathologie hépatique surnommée « maladie du foie gras humain », aussi appelée stéato-hépatite métabolique ou NASH (Non Alcoolic Steato Hepatitis). (Clinical and molecular hepatology Journal)
  • La consommation de doses élevées en vitamine D (50,000 IU par semaine pendant 9 semaines) entraîne une réduction significative du score de dépression légère, modérée et sévère chez des adolescentes. (Journal of Dietary Supplements)
  • La consommation d’hydrates de carbone (sucres, vitargo, etc.) seule ou avec des protéines pendant un entrainement d’une heure à intensité modérée n’a aucune incidence sur l’appétit. (Physiology & Behavior – Journal)
  • Le vinaigre de Nipa (Nipa vinegar), un ingrédient très important dans la cuisine aux philippines (obtenu avec la fermentation de la sève de palmier), montre des effets anti-obésité et effets anti-inflammatoires chez les souris. (Scientific Reports Journal)
  • De manière anecdotique, on imagine que le soulevé de terre entraîne une réponse endocrine (testostérone, endorphine et cortisol) plus importante qu’avec le squat. D’après les résultats d’une étude réalisée dans la School of Sport and Exercise de l’Université Massey en Nouvelle Zélande, aucun changement n’a été observé entre les deux exercices chez des athlètes. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • Malgré le fait que la charge utilisée au hack squat soit généralement supérieure qu’avec le squat barre derrière, le squat barre derrière est plus efficace que la hack squat pour activer les muscles du tronc et donc plus efficace pour développer la force et la stabilité du tronc pour des efforts athlétiques dynamiques. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • Chez des athlètes féminines, suivre un entraînement HIIT dans des conditions hypoxiques ou normoxiques diminuent sans aucune différence les concentrations plasmatiques de ghréline acylée (hormone de la faim) et l’apport énergétique. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • Un entrainement à haute intensité de type HIIT n’augmente pas plus l’appétit ou la prise de calories comparé à un entraînement de basse intensité (LISS). Ce type d’entraînement est néanmoins plus intéressant pour élever le métabolisme, brûler plus de calories et donc perdre plus de poids. (Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism)
  • Le régime méditerranéen ne serait pas bénéfique pour tous. Il serait en fait bénéfique uniquement pour les personnes riches ou éduquées. D’après les dernières recherches à ce sujet, les bénéfices dépendraient d’une part de la consommation élevée en fruits et légumes frais, en céréales complètes et en poisson, avec une limitation de la consommation de viande rouge, de sucre et de malbouffe. C’est la base du régime méditerranéen. Mais ce qui compte le plus et qui apporte réellement des bénéfices sur la santé, c’est la qualité et la diversité des aliments, l’attention portée à la consommation de produits complets et les méthodes de cuisson variées, choses que seules les personnes aisées ou instruites semblent y porter une attention. (The International Journal of Epidemiology)

Juillet 2017

  • On sait que l’EGCG, le polyphénol principal du thé vert, possède des activités antioxydantes, anti-inflammatoires et cardioprotectrices. Une nouvelle étude vient de mettre en évidence les bienfaits de l’EGCG sur l’amélioration de la sensibilité à l’insuline, permettant entre autres de diminuer le risque de diabète de type 2. (The FASEB Journal) Lien pour commander de l’EGCG
  • Les BCAA bénéfiques chez les patients atteints de cirrhose du foie. Ils permettent d’améliorer l’albuminémie, d’empêcher la sarcopénie et de réduire l’accumulation de graisse dans les muscles squelettiques. (Journal of Gastroenterology)
  • Quel est le sport qui détruit le plus les genoux ? Selon une nouvelle étude scientifique menée conjointement entre plusieurs universités et centres médicaux aux États-Unis, il s’agit tout simplement de la course à pied, même si vous êtes un coureur professionnel avec une technique impeccable. (Journal of Athletic Training)
  • La pratique du Hip Thrusts lourd à la barre, un excellent exercice pour travailler les fessiers, ne permet pas d’améliorer les performances au sprint. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La consommation de 16 g par jour d’inuline (une fibre alimentaire soluble) permet de réduire l’appétit et d’aider à perdre du poids. (Food & Nutrition Research Journal) Lien pour commander de l’inuline
  • La vitamine D dont les bienfaits pour la santé sont extrêmement nombreux pourrait être toxique pour les reins en cas de supplémentation trop importante. (Drug Development Research Journal)
  • 12 semaines de supplémentation en HMB chez des pratiquants de sports de combat a permis une augmentation des capacité aérobie et anaérobie. (Nutrients Journal)
  • L’entraînement en force associé avec des vibrations locales permet d’augmenter la force isométrique maximale. (Muscle, Ligaments and Tendons Journal)
  • 8 semaines de supplémentation en huile de poisson riche en acide eicosapentaénoïque (EPA) et en acide docosahexaénoïque (DHA), peuvent jouer un rôle de protection sur les nerfs moteurs et atténuer les dommages musculaires après des contractions excentriques. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • La vitamine B6 joue un rôle dans métabolisme des acides aminés et des protéines. Elle participe à la synthèse de certains anticorps et de certains neurotransmetteurs comme la sérotonine, la mélatonine, la dopamine et l’acide gamma-aminobutyrique. Elle est aussi essentielle à la production d’énergie à partir du glycogène musculaire. Paradoxalement, la supplémentation avec des doses élevées en vitamine B6 limite son propre fonctionnement. Par conséquent, une supplémentation trop importante en vitamine B6 revient à se mettre en état de carence en vitamine B6. (Toxicology in Vitro Journal)
  • La pratique régulière d’une activité physique exerce des effets anti-inflammatoires bénéfiques pour lutter contre le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. (European Journal of Clinical Investigation)
  • Avoir une alimentation saine et équilibrée n’est pas suffisant pour favoriser le vieillissement en bonne santé, le maintien de la fonction cognitive et la santé métabolique. Une activité physique est indispensable pour « bien vieillir ». Évidemment, faire du sport régulièrement sans avoir une bonne alimentation ne permet pas à terme de conserver une bonne santé. Seul la combinaison entraînement + bonne alimentation permet de rester en pleine forme malgré l’âge. (Proceedings of The Nutrition Society Journal)
  • Séisme dans la communauté scientifique ! Les graisses saturées ne bouchent pas les artères : la maladie coronarienne est une affection inflammatoire chronique dont le risque peut être réduit efficacement avec un style de vie sain. Malgré la croyance populaire chez les médecins et le public, le modèle conceptuel selon lequel la graisse alimentaire saturée entoure les vaisseaux est tout simplement faux. Un examen systématique systématique et une méta-analyse, ainsi que plusieurs études observationnelles n’ont montré aucune association entre la consommation de graisses saturées, la mortalité toutes causes multiples, la maladie coronarienne (CHD), l’accident ischémique ou le diabète de type 2 chez les adultes en bonne santé. (British Medical Journal)
  • La supplémentation en whey protéine permet d’améliorer le traitement du cancer du sein chez le rat, grâce notamment à une augmentation de la production de glutathion, une défense antioxydante produite par le corps. (Food and Chemical Toxicology Journal)
  • Le régime cétogène (pauvre/sans sucre) utilisé depuis plusieurs dizaines d’années pour soigner/traiter certaines maladies cérébrales, métaboliques et certains cancers, a montré des effets bénéfiques inattendus chez des athlètes d’endurance après 10 semaines de régime. Les athlètes de l’étude néozélandaise ont tous perçu une augmentation de leur bien-être, avec une meilleure récupération, et une réduction de l’inflammation. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • Il est recommandé aux personnes sujettes aux calculs rénaux d’avoir une alimentation pauvre en protéines. Toutefois, un régime peu protéiné peut accélérer la perte de muscle. Une japonaise a montré que la supplémentation en BCAA permet de favoriser la synthèse des protéines musculaires sans altérer la fonction rénale, lors d’efforts d’endurance. (American Journal of Physiology)
  • La supplémentation en vitamine D, connue pour augmenter l’anabolisme pour une grande majorité des hommes, offre des effets positifs sur la fertilité des femme grâce à une meilleure régulation des taux d’AMH (hormone anti-müllerienne) ovarien. (Nutrients Journal)
  • Pour ceux qui en douterait, une énième étude scientifique (randomisée en double aveugle) menée par l’Université de Toronto au Canada montre que la supplémentation en whey protéine immédiatement après l’exercice améliore l’anabolisme du corps entier et améliore la récupération après un entraînement de type musculation. (Nutrients Journal)
  • S’entraîner à jeun le matin permet d’augmenter l’oxydation des graisses chez les hommes et les femmes, pendant une durée de 24 heures. (PLoS One)
  • L’entraînement physique permet de développer une plus grande mémoire grâce à une plus grande fabrication de cellules hippocampiques. (The Journal of Physiology)
  • L’ajout d’antioxydants aux protéines prises après l’entraînement permet d’augmenter la récupération musculaire. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • La supplémentation en capsaïcine (composant actif des piments) permet une augmentation des performances et une diminution de la douleur perçue pendant un effort de force. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La supplémentation en huile de poisson permet d’améliorer la sensibilité à l’insuline chez les personnes diabétique (type II) ou avec d’autres syndrome métabolique. (Lipids in Health and Disease)
  • La pratique de la musculation protège contre l’ostéoporose (diminution de la densité osseuse liée à l’âge). (Journal of Strength and Conditioning Research)
  • La vitamine K2 en complément utilisé pour aider les personnes souffrant de maladies cardiaques serait aussi bénéfique pour améliorer les performances cardiovasculaires chez les sportifs. (Alternative Therapies In Health And Medicine)
  • Une étude confirme que la banane consommée avec sa peau (et oui elle peut être mangée comme la peau de kiwi par exemple) apporte d’excellents phyto-antioxydants ayant des propriétés antidépresseurs et qui permettraient d’améliorer la mémoire. (Pakistan Journal of Pharmaceutical Sciences)

Juin 2017

  • On prétend que les chaussures d’haltérophilie avec un talon surélevé améliorent la posture et réduisent les risques de blessures au dos au cours d’un squat barre derrière. Ces effets biomécaniques ont fait l’objet d’une enquête approfondie dans une étude. Résultats : les chaussures d’haltérophilie (pour des pratiquants amateurs) ne protège pas contre les blessures au dos. (Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La consommation d’extrait de thé vert (500 mg) en post-workout ne permet pas un meilleur réapprovisionnement en glycogène, mais augmente la dépendance énergétique via l’oxydation des graisses. (British Journal of Nutrition)
  • La consommation de graines de lin chez des personnes obèses est associée à une réduction significative du poids. (Obesity Reviews)
  • La consommation de pomme de terre est-elle dangereuse ? Une étude sur 8 ans avec 4400 personnes associe la consommation de pomme de terre (frites ou autres) au moins 2 fois par semaine à un risque élevé de mortalité. Si d’autres études sont nécessaires pour savoir ce qui est en cause, ce ne serait pas une mauvaise idée de passer aux frites de patates douces. (The American Journal of Clinical Nutrition)
  • Entrainement avec charge connue VS charge inconnue : avec une charge inconnue, la vitesse de la phase concentrique est plus importante. (Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports)
  • Chez des hommes souffrant d’obésité abdominale, l’administration de GH (2 μg/kg/j) permet de réduire la taille des adipocytes sous-cutané (au niveau abdominal). (Growth Hormone & IGF Research – Journal)
  • Une consommation régulière de brocolis réduirait les risques de développer un diabète de type 2. (Science Translational Medicine)
  • D’après l’association américaine de cardiologie, l’huile de coco est en fait aussi mauvaise pour la santé que le beurre ou le lard. Alors que cette huile, d’origine végétale, a très bonne presse, il s’avère que 82% du gras de cette huile est saturé. C’est plus que le beurre, qui en contient 63%, la graisse de bœuf (50%) et le lard (39%). (American Heart Association)
  • L’entraînement avec rest-pause est plus efficace que l’entraînement traditionnelle fait de séries (protocole utilisé : 3 séries de 6 répétitions à 80 % de la RM avec 2 min de repos). (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • Les études montrent que la supplémentation en créatine (jusqu’à 30 g / jour pendant 5 ans) est sûre et bien tolérée chez les personnes en bonne santé. (Journal of the International Society of Sports Nutrition)
  • Une étude révèle qu’il n’y a pas de différence sur la santé entre le pain blanc et complet : si la moitié des personnes ont une meilleure réponse glycémique au pain complet, l’autre moitié répond mieux au pain blanc. Cette réponse individuelle peut être prédite à partir du microbiote intestinal. (Cell Metabolism Journal)
  • Boire des sodas light pendant la grossesse favoriserait l’obésité infantile. (The International Journal of Epidemiology)
  • Les sauts pliométriques pendant un échauffement augmentent nettement la force du muscle pour l’effort à venir. (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • La consommation de 3 cafés par jour protège contre les maladies chroniques du foie. (Journal of Hepatology)
  • Les personnes obèses et sédentaires ne doivent pas commencer le sport avec des entraînements intensifs, au risque de développer des pathologies liées au stress oxydatif. (PLoS One)
  • La taurine est bénéfique chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque grâce à des effets anti-athérogènes et anti-inflammatoires. (Therapeutic Advances in Cardiovascular Disease)

Mai 2017

  • Contrairement à ce que l’on pense, le Ramadan ne fait perdre que très peu de poids et/ou de graisse en comparant l’avant et 1 mois après. (Nutrition Journal)
  • Pendant un régime hypocalorique de type méditerranéen, les personnes qui dorment peu, moins de 6 heures par nuit, perdent moins de graisse que les personnes qui dorment entre 6 et 8 heures par nuit. (International Journal of Food Sciences and Nutrition)
  • Le squat arrière barre haute sollicite plus les quadriceps, tandis que le squat arrière barre basse sollicite plus les muscles de la chaîne postérieure (fessiers, muscles érecteurs…). (The Journal of Strength & Conditioning Research)
  • L’échauffement spécifique est plus efficace que l’échauffement cardio pour la puissance avec le high pull. (Journal of Sports Sciences)
  • La supplémentation en BCAA utile pour augmenter la masse et la force des muscles squelettiques, chez des patients souffrant de troubles rhumatismaux traités avec des glucocorticoïdes. (Modern Rheumatology Journal)
  • Les BCAA peuvent avoir un rôle protecteur contre la fibrose hépatique par des mécanismes antioxydants et anti-inflammatoires. (Fundamental & Clinical Pharmacology)
  • Un régime hyperprotéiné n’est pas uniquement bénéfique aux sportifs et aux personnes souhaitant perdre du poids. Il est aussi bénéfique pour les personnes âgées afin de limiter la sarcopénie (perte de muscle et force liée à l’âge) et le déclin fonctionnelle. (The Journals of Gerontology)
  • Les fraises ralentissent le vieillissement, augmentent la biogenèse et la fonctionnalité mitochondriales à travers la cascade de signalisation de la protéine kinase activée par AMP. (Food Chemistry Journal)
  • Caséine le matin ou le soir : aucune différence. (mise jour article sur la caséine)
  • Le HIIT permet d’améliorer la fonction des cellules β pancréatiques chez les adultes atteints de diabète de type 2. (mise à jour article sur le HIIT)
  • Le jus de betterave augmente la force musculaire. (Medicine & Science in Sports & Exercise)
  • L’acide docosahexaénoïque est plus efficace que l’acide eicosapentaénoïque pour augmenter l’index oméga-3. (Prostaglandins, Leukotrienes & Essential Fatty Acids)

Mars 2017

  • L’immersion dans l’eau glacée est plus efficace que la cryothérapie pour augmenter la récupération musculaire et diminuer les douleurs 24 à 48 h après l’entraînement. (Human Kinetics Journal)

Février 2017

  • La supplémentation de 1 g de L-arginine + 1 g de L-citrulline est plus efficace que 2 g de L-citrulline ou 2 g de L-arginine pour augmenter la concentration plasmique d’arginine. (mise à jour article sur l’arginine)
  • Les bains d’eau froide après un entraînement ne sont pas plus bénéfique qu’une simple période de 10 minutes de récupération active. (The Journal of Physiology)

Novembre 2016

  • La prise de 200 mg de caféine (un double expresso) 1 heure avant l’entrainement permet un gain de force et une réduction de la fatigue neuromusculaire. (mise à jour article sur les pre-workout)
  • La prise de 8 g de citrulline 1 heure avant un effort physique permet une amélioration de la force et de l’endurance. (mise à jour article sur la citrulline)

Octobre 2016

  • La whey protéine hydrolysée est la plus efficace parmi tous les types de whey pour perdre de la graisse. (mise à jour article sur la whey)

Août 2016

  • La prise de caféine 6 mg par kilo de poids de corps (une forte dose) permet une augmentation des performances sans augmenter le risque de lésion musculaire. (mise à jour article sur la caféine)

Avril 2016

Septembre 2016

  • Une énième étude publiée dans The Journal of Sports Medicine and Physical Fitness indique que la supplémentation en arginine n’a aucun effet pour augmenter la production d’oxyde nitrique. (mise à jour article sur l’arginine)

Juin 2016

  • Un régime pauvre en sucre permet de prolonger l’état de satiété plus longtemps qu’un régime hypolipidique. (mise à jour article sur le régime cétogène)