Comment mieux profiter des protéines du lait

lait

Le lait est bon pour les pratiquants de la musculation. Regorgeant de protéines qui peuvent contribuer à se forger de plus gros biceps, le lait est peut-être la source de protéines la moins chère et la plus disponible. Maintenant, nous pouvons faire du lait un supplément encore plus efficace pour le bodybuilding. Comment ? En l’associant avec un aliment de tous les jours souvent évité par les bodybuilders : le sucre.

Étude sur l’assimilation du lait

Une étude réalisée a analysé comment les protéines du lait étaient utilisées et dans quelle mesure l’adjonction de graisse ou de saccharose (sucre de table) pouvait améliorer la rétention azotée à partie de la protéine de lait. Une augmentation de la rétention azotée signifie plus de gains musculaires. Chacun des 25 volontaires, hommes et femmes en bonne santé, ont ingéré 30 g de protéines de lait. Dans un groupe, la protéine de lait a été associée à 100 g de saccharose pour un total de 520 kcal. Dans le second groupe, la protéine de lait a été associée à 43 g de graisses de lait pour un total de 507 kcal. Quant au troisième groupe, il n’a consommé qu’un total de 120 kcal de protéines de lait. Les sujets ont été étudiés sur une période de huit heures. Les chercheurs ont trouvé que l’utilisation protidique nette post-prandiale (NPPU) était de 75 % dans le groupe protéines, 75 % dans le groupe protéines plus graisses et 85 % dans le groupe protéines plus saccharose. La NPPU est une mesure indiquant la quantité de protéines retenue par rapport au nombre de protéines ingérées.

Maximiser l’absorption des protéines

Si vous ingérez la protéine seule (et de nombreuses poudres protéinées contiennent peu ou pas de sucre) vous risquez de ne pas utiliser vos protéines de la manière la plus efficace. Ajouter des lipides n’aide pas. Mais vous pourriez ajouter une bonne dose de sucre. Plusieurs substituts de repas sous forme de poudres contiennent déjà du sucre et bien sûr rien ne vous empêche d’en rajouter. Bien que certains bodybuilders puissent craindre qu’un supplément de sucre ne soit pas nécessaire, il l’est en fait incontestablement du point de vue du développement musculaire. Bien sûr, comme nous ne savons pas si les effets des glucides sont identiques avec les autres types de protéines, vous devrez peut-être adapter les chiffres suivants en fonction de votre consommation de protéine de lait. Mais considérez les possibilités suivantes : par exemple, disons que vous consommez normalement 150 g de protéines par jour. Cela représente environ 4500 g par mois. Une NPPU de 85 % pourrait représenter une rétention protidique de 3825 g par rapport à 3375 g avec une NPPU de 75 %. Sur une année, cela pourrait se traduire par une différence de 5 kilos d’utilisation des protéines.

Les mécanismes de l’assimilation

L’effet d’épargne protidique du sucre est dû à deux choses : premièrement, moins d’acides aminés sont utilisés comme carburant si le sucre est présent. Deuxièmement, la sécrétion d’insuline causée par le sucre a un effet anabolisant. Le saccharose est supérieur au lactose, sucre que l’on trouve naturellement dans le lait, parce qu’il permet une meilleure réponse insulinique, ce qui favorise une meilleure pénétration des acides aminés dans les cellules. Bien sûr, d’autres facteurs tels que la fréquence des repas, leur composition, le type d’entraînement et la génétique auront un énorme impact sur votre capacité à faire du muscle. Mais les résultats de cette étude sont clairs : le sucre et la protéine de lait forment une excellente combinaison. Comme la plupart des protéines en poudre proviennent du lait (whey et caséine), rajouter du sucre à votre shake après l’entraînement (par exemple) sera profitable à une prise de muscle maximale.

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)