Les effets de la musculation

effets-de-la-musculation

Que vous le fassiez pour perdre du poids, pour prendre du muscle ou osons le dire, juste pour le plaisir, l’entraînement de musculation vous change. La couleur de votre visage passe au rouge et de nombreuses choses augmentent : la transpiration, les battements du coeur, le gonflage des poumons, votre vigilance… Mais alors que nous savons tous que rester actif physiquement est essentiel pour une vie longue et en bonne santé, nous ne savons pas concrètement ce qui se passe dans notre organisme. Pour tous ceux qui veulent en savoir plus, voici ce qui se passe dans le corps lorsque nous poussons de la fonte.

Les muscles

Le corps appelle le glucose (qui a été stocké par le corps sous forme de glycogène à partir des aliments que nous mangeons) pour apporter l’énergie nécessaire afin de contracter les muscles. Il utilise également de l’adénosine triphosphate ou ATP, mais le corps n’en dispose que de petites réserves. Après avoir rapidement utilisé ces réserves, le corps a besoin d’oxygène supplémentaire pour fabriquer plus d’ATP. Une quantité plus importante de sang est pompée vers les muscles qui travaillent pour apporter l’oxygène supplémentaire. Sans suffisamment d’oxygène, de l’acide lactique se forme à la place. L’acide lactique est généralement éliminé du corps dans les 30 à 60 minutes après avoir terminé une séance. Pendant votre entraînement, des petites déchirures se forment dans les muscles, elles les aideront à grossir et devenir plus fort une fois réparés. La douleur est un signal qu’il y a des changements qui se produisent dans les muscles, elle dure généralement quelques jours.

Les poumons

Votre corps peut avoir besoin de jusqu’à 15 fois plus d’oxygène quand vous vous exercez, vous commencez donc à respirer plus vite et plus fort. Votre rythme respiratoire augmente jusqu’à ce que les muscles qui entourent les poumons ne puissent tout simplement pas se déplacer plus vite. Cette capacité d’utilisation maximale d’oxygène est appelée VO2 max. Plus une personne a une VO2 max élevée, plus la personne est en forme.

Le diaphragme

Comme tout muscle, le diaphragme peut se fatiguer en répétant de grands mouvements de respiration. Certains prétendent que la fatigue du diaphragme peut provoquer des spasmes, provoquant le point de côté redouté. (D’autres soutiennent que le point de côté est dû à des spasmes des ligaments autour du diaphragme, tandis que d’autres croient que les spasmes viennent des nerfs qui partent de la partie supérieure du dos jusqu’à l’abdomen et sont causées par une mauvaise posture !). Une respiration profonde et des étirements peuvent soulager cette gêne au milieu d’une séance d’entraînement.

Le coeur

Quand vous vous entrainez, la fréquence cardiaque augmente pour faire circuler plus d’oxygène (par le sang) à un rythme plus rapide. Plus vous vous entraînez, plus le cœur devient efficace, de sorte que vous pouvez travailler plus dur et plus longtemps. À la longue, l’entraînement régulier abaisse la fréquence cardiaque de repos chez les personnes en forme. L’exercice stimule également la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins, entraînant aussi une baisse de la pression artérielle chez les sportifs.

Estomac et intestin

Parce que le corps pompe plus de sang vers les muscles, cela réduit la quantité de sang envoyé dans d’autres organes qui ne sont pas prioritaires à ce moment, comme la digestion. Cela peut entraîner des maux d’estomac. Les mouvements, l’absorption et les sécrétions dans l’estomac et les intestins peuvent tous être touchés 1.

Cerveau

En revanche, le cerveau bénéficie d’une augmentation du flux sanguin. Immédiatement, les cellules du cerveau commenceront à fonctionner à un niveau supérieur. Vous vous sentirez plus alerte et éveillé pendant l’exercice et plus concentré par la suite. Lorsque vous vous entraînez régulièrement, le cerveau s’habitue à cette augmentation fréquente de sang et s’adapte en activant ou désactivant certains gènes. Beaucoup de ces changements stimulent les fonctions des cellules du cerveau et protègent contre les maladies telles que la maladie d’Alzheimer, de Parkinson et le vieillissement du cerveau en général lié à l’âge. L’exercice déclenche également une hausse des messagers chimiques dans le cerveau appelés neurotransmetteurs, qui comprennent l’endorphine, souvent citées comme la cause de la mythique de la « sensation de bonheur et de plaisir » après l’entrainement. Le cerveau libère aussi des neurotransmetteurs comme la dopamine et le glutamate, pour permettre le mouvement des bras et des jambes par exemple, ainsi que l’acide gamma-aminobutyrique ou GABA, un neurotransmetteur qui ralentit les choses, pour vous garder permettre de réaliser vos mouvements de manière harmonieuse et contrôlée. Vous vous sentirez également mieux grâce à une augmentation de la sérotonine, un autre neurotransmetteur bien connu pour son rôle sur l’humeur et la dépression.

femmes-entrainement-salle

L’hippocampe

Cette partie du cerveau est fortement impliquée dans l’apprentissage et la mémoire, et c’est l’une des seules sections du cerveau qui peut faire de nouvelles cellules cérébrales. L’entrainement facilite ce processus, grâce à l’oxygène supplémentaire envoyé dans le cerveau. Même lorsque vous arrêtez l’exercice, ces nouvelles cellules cérébrales survivre, tandis que de nombreux autres changements dans le cerveau pendant l’exercice finissent par retrouver leur état normal si vous devenez moins actif.

Hypothalamus

L’hypothalamus est responsable de la température du corps, ainsi que de la gestion du sel et de l’eau entre autres. Comme votre corps se réchauffe, il demande à la peau de produire de la sueur pour vous garder à bonne température 2.

Hypophyse

Ce centre de contrôle dans le cerveau alerte les glandes surrénales pour pomper les hormones nécessaires au mouvement. Elle libère aussi de  l’hormone de croissance. Comme le corps recherche plus d’énergie à brûler après avoir utilisé les réserves de glycogène, il se tourne alors vers les muscles et la graisse comme source de carburant. L’hormone de croissance est une sorte de sécurité pour les muscles, influençant le corps à brûler les graisses plutôt que du muscle pour produire de l’énergie.

Reins

La vitesse à laquelle le sang est filtré par les reins peut changer en fonction de votre niveau d’effort 3. Après un exercice intense, les reins autorisent des niveaux plus élevés de protéines à être filtrés dans l’urine. Ils déclenchent également une plus grande réabsorption de l’eau, ce qui entraîne moins d’urine, afin de rester hydraté le plus possible.

Glandes surrénales

Un certain nombre de soi-disant hormones du stress sont libérées et sont en faites cruciales pendant l’entraînement. Le cortisol, par exemple, aide le corps à mobiliser ses réserves d’énergie en carburant. Et l’adrénaline aide le cœur à battre plus vite pour qu’il puisse livrer plus rapidement du sang dans le corps.

Peau

Comme vous accélérez le rythme, le corps, comme tout moteur, produit de la chaleur et a besoin de se rafraîchir. Les vaisseaux sanguins de la peau se dilatent, ce qui augmente le flux sanguin vers la peau. La chaleur se dissipe ensuite à travers la peau dans l’air.

femme-entrainement-plage

Glandes sudoripares « eccrines »

Au signal de l’hypothalamus, l’un des deux types de glandes sudoripares, les glandes eccrines, se met au travail. Ces glandes sudoripares produisent la transpiration inodore, un mélange d’eau, de sel et de petites quantités d’autres électrolytes, directement à la surface de la peau. Lorsque cette sueur s’évapore dans l’air, la température de votre corps baisse.

Glandes sudoripares « apocrines »

Ce deuxième type de glandes sudoripares se trouve principalement dans les endroits couvert de poils longs/cheveux, comme le cuir chevelu, les aisselles et l’aine. Ces glandes sudoripares produisent une sueur grasse, généralement en réponse à un stress émotionnel, qui peut entraîner des odeurs lorsque les bactéries sur la peau commencent à la décomposer.

Visage

Les capillaires à proximité de la surface de la peau sur le visage se dilatent pour libérer la chaleur. Pour certaines personnes, cela peut entraîner un visage particulièrement rouge pendant et après une séance d’entraînement.

Articulations

L’entraînement met un poids supplémentaire sur les articulations, parfois jusqu’à cinq à six fois plus que votre poids. Les chevilles, les genoux, les hanches, les coudes et les épaules ont tous des fonctions très différentes, mais fonctionnent de façon similaire. Chaque articulation est bordée d’un tissu de rembourrage appelé cartilage au niveau des extrémités des os, ainsi que des tissus mous et du fluide lubrifiant, pour aider à faire des mouvements fluides et faciles. Les ligaments et les tendons assurent la stabilité. Au fil du temps, le rembourrage autour des articulations peut commencer à s’user ou dégénérés, comme c’est le cas chez les personnes souffrant d’arthrose, la forme la plus courante d’arthrite. Pour ralentir ce phénomène et protéger vos articulations, vous pouvez prendre des compléments alimentaires comme de la glutamine et surtout consommer de bons acides gras.

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)