Les graisses saturés sont aussi mauvaises pour le cerveau

junk-food

Les études ont montrées depuis longtemps qu’une alimentation type junk food riche en graisses saturées est dommageable pour votre coeur, mais de récentes recherches menées en 2015 ont mis en évidence que la malbouffe pouvait aussi être dévastatrice pour votre cerveau. Voilà la conclusion d’une nouvelle étude 1 qui portait sur les effets de la consommation d’une grande quantité d’acides gras saturés sur les connexions entre les cellules du cerveau.

Protocole de l’étude

Les souris de l’étude utilisées pour suivre les effets comparatifs des deux régimes ont donc été divisé en deux groupes. Un groupe de souris a été nourri avec un régime contenant seulement 10% de calories provenant de graisses saturés, tandis que l’alimentation de l’autre groupe contenait 60% de graisses saturées. Leurs poids, l’insuline et de glucose dans le sang ont été mesurés à intervalles réguliers pendant 12 semaines. L’équipe de recherche a également mesurée les niveaux de protéines dans le cerveau des souris qui correspondent à leurs nombres de synapses (les connexions entre les cellules du cerveau), et elle a aussi mesurée leurs protéines cytokines, qui indiquent le niveau de l’inflammation cellulaire.

hamburger-graisse

Résultats de l’expérience

Pendant les huit premières semaines, les tests sanguins entre les deux groupes de souris ont été à peu près les mêmes, bien que le groupe de souris qui consommait beaucoup de graisses a pris du poids. Mais au bout de 12 semaines, le groupe avec un régime riche en graisses a réduit de manière significative les niveaux de protéines synaptiques (signifiant que le nombre de connexions entre les cellules du cerveau a chuté) et l’augmentation des niveaux de cytokine.

La conclusion est que le régime riche en graisses saturées a déclenché une inflammation chronique, qui à son tour déclenche une réponse auto-immune dans le système nerveux central des souris. Normalement, cette réponse protège le cerveau contre les envahisseurs comme les bactéries, mais une alimentation riche en graisses saturées entrave ce processus, entraînant des dommages sur les synapses du cerveau, en particulier dans l’hippocampe. Comme l’hippocampe est la région du cerveau où est stocké la mémoire, le résultat final est l’altération de la fonction cérébrale. En bref, un régime alimentaire trop riche en mauvaises matières grasses a causé des dommages au cerveau.

pizza-fromage

Des effets réversibles

La bonne nouvelle est que le dommage semble être réversible (au moins chez la souris). Lorsque le groupe qui consommait beaucoup de graisses saturées a changé son régime avec une alimentaire pauvre en mauvaises graisses (healthy food), les cerveaux ont retrouvés leurs fonctionnements normaux en deux mois environ, même si elles n’avaient pas perdu tout le poids gagné avec le régime riche en graisses. Gare aux cochonneries que vous trouvez souvent en restauration rapide.

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)