Les différences entre développé nuque et devant

devant-ou-nuque

Vous voulez éviter de vous retrouver aux urgences ? Vous devez alors connaître vos limites au développé nuque. Quelle est la différence entre le développé barre devant (développé militaire) et le développé nuque ? Cette technique est-elle dangereuse ? Le bon sens indique qu’une légère modification de cet exercice (barre devant au lieu de barre nuque) ne changera guère l’effet du développé avec la barre. Pourtant, certains muscles mobilisés pour développer la barre devant le visage ne sont pas les mêmes que pour la version barre nuque. Par ailleurs, bien que l’étirement supplémentaire ressenti dans la zone scapulaire avec le développé nuque donne l’impression d’un plus grand travail musculaire, cet effet pourrait solliciter les articulations des épaules au-delà des limites de sécurité.

Coude à coude

La différence essentielle entre le développé barre devant et le développé barre nuque est la position des coudes : ceux-ci sont dirigés davantage vers l’avant avec la barre devant et ils s’écartent plus au développé nuque. Avec les coudes pointés vers l’avant, le mouvement articulaire de base est l’antépulsion de l’épaule (élévation de l’humérus vers l’avant), qui recrute le deltoïde antérieur, le haut du grand pectoral et le coraco-brachial. Naturellement, on peut modifier la localisation de l’effet sur ces muscles en changeant la prise. En revanche, quand on fait du développé nuque, l’antépulsion de l’épaule est remplacée par une abduction (élévation latérale de l’humérus) qui fait intervenir en partie le deltoïde antérieur, avec une plus grande implication du deltoïde externe et du sus-épineux. Quelle que soit la position du coude, ces deux versions du développé mobilisent le triceps brachial lors de l’extension des coudes dans la phase de poussée, et le grand dentelé et le trapèze lors de la rotation de l’épaule vers le haut pour accentuer l’abduction de celle-ci.

Barre nuque = danger

Le développé barre nuque n’est pas recommandé pour tous les pratiquants. La plupart des bodybuilders peuvent effectuer cet exercice sans répercussions néfastes, mais tout dépend de la force de l’épaule et de la prédisposition du pratiquant à une lésion de cette articulation ainsi qu’aux antécédents de blessures de cette région. Quel que soit le bon état ou non de vos épaules, ne faites du développé nuque que modérément. Une pratique trop fréquente peut souvent se solder par une blessure de surutilisation et vu le rôle primordial des épaules, il vaut mieux ne pas laisser leur musculature s’atrophier quand on se remet d’une atteinte de ces articulations. L’épaule est une articulation complexe et délicate. Elle est entourée par un groupe de quatre muscles (sus-épineux, sous-épineux, petit-rond et sous-scapulaire) appelés collectivement coiffe des rotateurs, qui lui confèrent sa stabilité. Comme la plupart des athlètes négligent de travailler ces muscles de façon spécifique, le développement de ces derniers est loin d’être optimal. Le développé nuque peut agresser les muscles de la coiffe des rotateurs, d’où un risque plus élevé de blessure de l’épaule, en particulier quand celle-ci est faible. Il est plus sûr de faire du développé barre devant avec une prise modérément large plutôt que du développé nuque. Cette prise large contraint les coudes à s’écarter latéralement, ce qui reproduit la biomécanique du développé nuque. La sollicitation musculaire est pareil qu’avec le développé nuque, mais l’épaule subit une contrainte moins forte.

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)