Les contractions spasmodiques

contraction-musculaire-involontaire

Tu es assis(e) au restaurant avec des ami(e)s et d’un seul coup ta paupière gauche s’agite de façon incontrôlable. Tu te demandes si quelqu’un la remarqué et pourquoi cela arrive. De nombreuses personnes ont un jour ou l’autre fait l’expérience de ce phénomène neurologique qui est tout à fait normal, au même titre que les crampes.

Le cas des contractions bénignes

Les spasmes ou contractions musculaires involontaires sont très fréquents et peuvent se produire dans tous les muscles squelettiques. Ils impliquent la plupart du temps une seule unité motrice, qui est constituée d’un nerf moteur (nerf qui transporte l’information à partir du cerveau) et des fibres musculaires dans lesquelles il se connecte. Une contraction musculaire volontaire peut impliquer des milliers d’unités motrices en fonction de la quantité de force appliquée. Ainsi, une secousse involontaire d’une seule unité motrice peut être à peine perceptible, sauf si tu es au repos et qu’elle se produit dans un endroit superficiel.

Scientifiquement, on appelle ces contractions involontaires des fasciculations. Elles se produisent le plus souvent dans les muscles des membres, les paupières, et parfois dans le dos. Ces fasciculations ne sont pas toujours bien comprises et prises au sérieux, car ils ne causent pas de problèmes graves, elles sont juste un peu embêtantes.

Les cas pathologiques

Il faut savoir que les contractions musculaires involontaires sont un des symptômes d’une maladie appelée sclérose en plaques (SEP) et aussi de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Si elles se produisent souvent, par exemple tous les jours sur une longue période, une consultation médicale pourrait être envisagée. Si elles sont accompagnées d’autres symptômes comme la perte ou le changement de sensation, une diminution de la taille des muscles (atrophie) ou une faiblesse musculaire, il est alors plus que recommandé de consulter un médecin.

Si une contraction musculaire est violente, cela peut être une fibrillation et non une fasciculation. Cette contraction très forte peut être un signe de myopathie (maladie du tissu musculaire). Un examen médical avec électromyographie (EMG) pour mesurer l’activité électrique dans le muscle est conseillé pour confirmer les fibrillations.

Quelles sont les causes des contractions involontaires

Les études à ce sujet sont peu nombreuses et controversées. La théorie la plus largement acceptée est que ces contractions involontaires sont dues à une irritation du nerf, mais on ne sait pas vraiment dans quelle zone l’irritation se produit. L’irritation peut se produire dans la cellule nerveuse ou dans un endroit le long de l’axone (la partie qui transporte le signal électrique vers le muscle).

Ces fasciculations ont tendance à apparaître après l’entraînement, quand on est stressé, fatigué ou lorsque l’on a des carences alimentaires (manque de nutriments et/ou micronutriments dans l’alimentation). Peuvent également causer des fasciculations une consommation excessive d’alcool, la caféine et le tabagisme. Côté pathologie on a aussi la dystonie et le syndrome de Tourette entre autres.

Encore une fois, les mécanismes qui provoquent « ces secousses » sont mal connus parce qu’ils sont difficilement prévisibles, très courts et disparaissent sans la prise de médicament. Ce qu’il faut retenir c’est que la plupart du temps, ils sont heureusement bénins.

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)