L’adénosine triphosphate (ATP)

atp

Connaissez-vous l’ATP ? Non, il ne s’agit pas de l’association de Tennis Professionnel ni d’un langage abrégé, style SMS. ATP (adénosine triphosphate) que nous allons examiner ici est une molécule fondamentale présente dans le corps et qui peut rendre votre prochaine séance de musculation productive ou non. Quelle est l’importance de cette molécule pour la force et la performance ? Aujourd’hui, presque tous les fabricants de suppléments offrent un produit qui élève la concentration d’ATP dans l’organisme. Que savent-ils donc que vous ignorez peut-être ? Commençons d’abord par une leçon de science plutôt pointue sur laquelle nous n’allons pas trop nous étendre. Pour simplifier, disons que l’ATP est un acide nucléique composé de plusieurs molécules dont trois groupements phosphates à niveau énergétique élevé. Lorsque le dernier groupement phosphate de la chaîne se détache, il fournit un apport rapide d’énergie qui alimente plusieurs processus de l’organisme, dont celui de la contraction musculaire. Vous comprenez donc, à présent, pourquoi les fabricants s’intéressent tant à l’ATP.

La production d’ATP dans l’organisme

L’organisme produit de l’ATP par le biaise d’un certain nombre de réactions chimiques. Ce sont les suivantes :

La phosphorylation de la créatine

Ce processus apporte à la créatine le groupement phosphate très riche en énergie qu’elle peut ensuite céder pour la production d’ATP. C’est cette offre d’ATP (considérée comme anaérobie car réalisable en l’absence d’oxygène) qui est utilisée quand on soulève des charges lourdes.

Glycolyse

Ce processus en plusieurs étapes utilise des enzymes pour transformer en ATP le glucose issu des glucides. En fonction des besoins de l’organisme, la glycolyse peut se dérouler avec ou sans oxygène. L’énergie générée est utilisée dans l’entraînement en séries longues.

Cycle de Krebs

Le cycle de Krebs est le processus terminal de la dégradation (avec oxygène) du glucose, des lipides et des acides aminés, permettant la reconstitution de l’ATP. Cette dégradation est accompagnée d’une production de dioxyde de carbone. L’énergie ainsi produite est utilisée dans l’entraînement en séries longues et pendant une activité type cardio-training.

Phosphorylation oxydative

Ce processus utilise de l’oxygène pour créer de l’ATP à partir des sous-produits du cycle de Krebs. Cette énergie est utilisée au cours d’activités d’endurance prolongées. En fait, c’est la phosphorylation oxydative qui donne à l’homme la capacité de courir un marathon.

Côté compléments alimentaires

La plupart des compléments alimentaires actuellement sur le marché sont destiné à amplifier la production d’ATP dans le muscle par le biais de l’un des processus décrit ci-dessus. Voici les quatre ingrédients à connaître.

La créatine

On ne peut parler d’ATP sans mentionner la créatine. Après tout, c’est le supplément qui a fait l’objet du plus grand nombre d’études et qui est incontestablement le plus efficace de tous parmi ceux qui agissent dans le circuit de l’ATP. Quand on prend de la créatine, elle pénètre dans la cellule musculaire où elle est phosphorylée. Cette réaction produit plus d’ATP au moment où l’on en a le plus besoin, par exemple quand on tente de réaliser une sixième et dernière rep au développé couché.

Dose : Pour de meilleur résultat prenez 5 g de créatine, de préférence avant ou après l’entraînement. La créatine est disponible sous de nombreuses formes qui semblent toutes être efficaces.

Le malate de citrulline

Le malate de citrulline est un autre complément polyvalent qui contribue à la resynthèse de l’ATP. Ce supplément est tout simplement une combinaison de citrulline (acide aminé) et d’acide malique (molécule intervenant dans le cycle de Krebs). L’acide malique peut aider à brûler l’acide lactique produit lors de l’entraînement. La citrulline participe à l’excrétion de l’ammoniaque. L’ammoniaque est un composé chimique toxique qui accentue la fatigue musculaire. Elle est produite lorsque les acides aminés sont métabolisés, par exemple au cours d’effort musculaires intenses. On pourrait donc retarder la survenue de la fatigue en évacuant insomniaque de l’organisme.

Notre corps convertit la citrulline en arginine, ce qui produit de l’oxyde nitrique (NO ou monoxyde d’azote). Le NO active la circulation sanguine, ce qui se traduit par un apport plus important d’oxygène et de nutriments pour les muscles et, indirectement, par une amplification de la production d’ATP. La citrulline malate est utilisée depuis de nombreuses années pour aider les personnes âgées et autres sujets souffrant de fatigue musculaire à générer davantage d’énergie.

Dose : Prenez 3 g deux fois par jour, à jeun. Avant et après l’entraînement par exemple.

Le pyruvate

Résultat de l’oxydation du glucose et des acides gras, le pyruvate existe aussi sous forme de supplément exogène. Étant donné qu’il active le cycle de Krebs dans les cellules, la théorie est qu’en apportant du pyruvate aux cellules musculaires, le cycle de Krebs est accéléré, brûlant ainsi plus de lipides et de glucides pour produire de l’ATP. Le pyruvate est associé généralement à la créatine pour maximiser la production d’ATP, cette créatine se nomme tout simplement créatine pyruvate.

Le ribose

Le ribose est l’un des rares produits sur la marché qui constituent en fait une partie de la molécule d’ATP : c’est le sucre auquel sont attachés la base ainsi que les groupements phosphates à niveau énergétique élevé. La recherche sur le ribose confirme qu’il renforce la performance quand un exercice est répété. En d’autres termes, il ne donnera peut-être pas plus de force pour la première série d’un exercice de musculation, mais on peut s’attendre à réaliser davantage de reps au cours de la deuxième ou troisième séries. En effet, l’apport de ribose sous forme de supplément de D-ribose favorise le renouvellement de l’ATP après un effort intense. Comme le pyruvate, on retrouve souvent le ribose associé à la créatine pour augmenter l’ATP.

De l’ATP en bouteille ?

La solution la plus logique pour qu’il y ait plus d’ATP dans la cellule musculaire semblerait être de prendre de l’ATP, purement et simplement. Vous constaterez toutefois qu’aucun supplément contenant de l’ATP ne figure dans le liste ci-dessus. La raison est qu’une supplémentation en ATP pose deux problèmes majeurs :

  • L’ATP est rapidement dégradée dans l’organisme.
  • En raison des groupements phosphates qui lui sont attachés, il est pratiquement impossible à ce composé de traverser les membranes des cellules musculaires.

À cause de ces obstacles, la plupart des scientifiques travaillant sur les suppléments ont abandonné l’ATP et se sont tournés vers d’autres options comme la créatine.

Schéma sur la production d’ATP

production-ATP

Partager cet article

Articles pour les curieux(euse)