Anatomie du muscle biceps brachial

anatomie-muscle-biceps

Le biceps brachial, le brachial antérieur et le long supinateur sont les trois muscles fléchisseurs du coude les plus gros et plus importants.

Le biceps est un muscle polyarticulaire qui croise à la fois les articulations du coude et de l’épaule.

Il a deux faisceaux distincts, dont les principales fonctions sont la flexion du coude.

La longue portion

Elle s’insère sur l’omoplate, juste au dessus de l’articulation de l’épaule (cavité glénoïde).

Son tendon d’origine est tendu latéralement puis se dirige vers le bas par la capsule articulaire. Il parcourt ensuite la coulisse bicipitale de l’humérus ou os de la partie supérieur du bras.

La longue portion est la seule structure capable de stabiliser et de prévenir le déplacement vers l’avant de l’humérus, c’est pourquoi elle est si souvent blessée au cours des entraînements des pectoraux et du dos, en particulier lors du développé couché et des tirages verticaux, quand la ceinture scapulaire n’est pas stabilisée.

En plus de ses fonctions de muscle principal, la longue portion assiste l’abduction de l’épaule dans des mouvements tels que les élévations latérales et, selon la position du bras, la rotation externe, seule fonction qu’on pourrait définir comme la plus critique pour la santé et la force de la ceinture scapulaire.

La courte portion

Elle s’insère sur l’apophyse coracoïde (à l’intérieur de la longue portion), saillie osseuse à l’avant de l’omoplate. La courte portion assiste la flexion de l’épaule comme c’est le cas pour les élévations avant.

Les deux faisceaux du biceps se réunissent pour former un tendon commun qui croise l’articulation du coude et se fixe sur le radius, os de l’avant bras.

La brachial antérieur

Ce muscle se situe sous la partie inférieure du biceps. Il a pour origine la partie inféro-antérieure de l’humérus et se termine sur la partie supérieure du cubitus (ulna) de l’avant-bras.

Comme sa seule fonction est la flexion du coude, il est sollicité lors de tous les exercices pour les biceps. Son insertion sur le cubitus rend le brachial antérieur efficace quelle que soit la position de la main, supination, pronation ou neutre.

À cause de cela et parce qu’il doit équilibrer les forces exercées sur le radius de l’avant-bras par le biceps brachial, le brachial antérieur est souvent considéré comme le muscle le plus sollicité des fléchisseurs du coude.

Le développement du brachial antérieur améliore significativement le « pic » du biceps en le poussant vers le haut.

Le coraco-brachial

Petit muscle fusiforme à la partie supéro-interne du bras, va de l’apophyse coracoïde au milieu du bord interne de l’humérus. Il tend à rapprocher l’humérus de l’omoplate. Il élève le bras et le porte en avant et en dedans.

Son action stabilisatrice est plus grande que sa composante dynamique de flexion et adduction de la scapulo-humérale.

Le long supinateur

Le long supinateur traverse toute la longueur de l’avant-bras, juste au-dessus du coude, à la pointe du radius, juste au-dessus du poignet. Il agit comme un long levier capable d’initier des mouvements de flexion tels que ni le biceps ni le brachial antérieur ne peuvent les produire.

Outre qu’il fléchit le coude, le long supinateur stabilise le radius au niveau de cette articulation et agit en tant que supinateur quand la main est en pronation et en tant que pronateur quand la main est en supination.

Le long supinateur se contracte plus fortement et fonctionne plus efficacement quand le poignet est en position neutre. Il se trouve que la prise neutre est également plus efficace pour la participation du biceps brachial parce que, dans cette position, le biceps peut tirer en ligne droite.

Toutefois, les mouvements de supination, permettent le plus grand développement car ils sollicitent le biceps à la fois dans ses actions de flexion et de supination.

Le rond pronateur

Ce petit muscle est tendu en diagonale en avant du coude et est en partie recouvert par le long supinateur. Il assiste la carré pronateur (situé près du poignet) dans l’action de supination de l’avant-bras et n’est fléchisseur que contre une résistance.

Il agit avec le biceps quand son action pronatrice neutralise une partie de l’action de supination de ce dernier. De cette façon le mouvement peut-être fait sans que la main se tourne trop en supination.

Articles pour les curieux(euse)